Archives de l’auteur : admin

Pub: Amazon coupe tout

Amazon. com.com Inc. a réduit l’argent qu’il dépense sur la publicité Google à l’heure actuelle, un coup potentiel pour les revenus du géant de la recherche dans une période actuellement instable.L’organisation de commerce électronique achète généralement des annonces Yahoo et Google pour canaliser les acheteurs en ligne vers le magasin en ligne. Mais depuis le 11 mars, Amazon. com a considérablement réduit dans pratiquement toutes les catégories, conformément aux détails recueillis par Tinuiti Inc., une société de marketing qui gère environ 1,5 milliard de dollars par an en coûts pour de nombreux annonceurs différents. « Amazon s’est drastiquement rétracté dans les moteurs de recherche du magasinage et des annonces par SMS », a déclaré Andy Taylor, directeur de l’analyse de Tinuiti. Dans les enchères de mots clés Google, Amazon. com reste à faire une offre «à la légère» à certains marketeurs, mais elle a vraiment «disparu complètement en étant un rival pour d’autres personnes», Biophyse ajoute-t-il. «Bien que nous ne parlions pas d’acheteurs spécifiques, il n’est pas inhabituel pour les annonceurs de réglementer leurs campagnes quand vous le souhaitez pour un certain nombre de facteurs », a déclaré un représentant de Yahoo et Google. Un représentant en ligne d’Amazon n’a pas renvoyé de demande de commentaire. Le marché en ligne d’Amazon répond à une augmentation de la demande de produits quotidiens, car les hommes et les femmes évitent les magasins physiques réels en raison de la pandémie de coronavirus. La société priorise le stockage d’articles ménagers et de soins de santé et cherche à retenir les services de 100 000 employés supplémentaires. Amazon en ligne pourrait réduire les publicités, car il ne souhaite pas attirer plus de personnes sur son site Web et surcharger sa séquence d’approvisionnement, ses installations de fabrication et son groupe logistique. « Ils n’ont pas besoin de pousser plus de désir », a déclaré Travis Johnson, cadre supérieur international. représentant de Podean, une firme de marketing spécialisée dans l’accompagnement des entreprises à promouvoir sur Amazon. com et également d’autres marchés numériques électroniques. Plusieurs de ses consommateurs ont vu les ventes de produits sur Amazon online marketplace.com augmenter d’environ 6 fois ce mois-ci, par rapport à février, selon la citation.La pandémie pourrait contrôler la croissance des revenus publicitaires de Google alors que l’exercice monétaire baisse et que les entreprises recherchent des stratégies pour réduire frais. Les sociétés de vacances en ligne Expedia Team Inc. et Scheduling Holdings Inc., qui sont d’importants clients publicitaires de Yahoo et de Google, rencontrent un succès particulièrement difficile étant donné que les voyages dans le monde entier se sont pratiquement arrêtés il y a quelques semaines. En Asie, où le virus distribuer dans un premier temps, sur le web, le paiement des annonces augmentera cette année dans le rythme le plus lent étant donné qu’en 2011, la société d’enquête EMarketer a mentionné mardi. Amazon. com.com peut être une vaste entreprise mondiale dépendante du Web qui propose des manuels, du son, des vidéos, des articles ménagers, des produits électroniques, des jouets et des jeux, et de nombreux autres produits, peut-être directement ou parce que l’intermédiaire impliquant d’autres magasins et les millions d’Amazon.com de acheteurs. Son organisation de fournisseurs de sites Web comprend la location de stockage d’informations et de sources d’ordinateurs, appelés «ordinateur cloud», sur Internet. Son importance sur l’existence d’Internet est vraiment qu’en 2012, 1 pour cent de tout le trafic Web mondial au Canada et en Amérique a voyagé hors d’Amazon. com.com détaille les centres. L’entreprise contribue également à faire en sorte que Amazon, leader du marché, allume les visiteurs des livres électroniques. Sa publicité pour ces produits a généré un développement remarquable dans la publication de publications électroniques et a transformé Amazon online.com en un pouvoir perturbateur majeur dans l’industrie de la soumission de livres.

Se protéger du digital

Comment se peut-il qu’à un moment donné d’une concentration sans précédent sur le leadership – une prolifération continue de publications, de postes, d’applications de niveau et d’efforts de coaching à gros budget – des problèmes de leadership époustouflants prolifèrent en plus grand nombre dans les lieux publics, privés, militaires, et les organisations basées sur la croyance? Les gros titres sont remplis d’histoires de flottes d’avions immobilisées, de poursuites judiciaires alléguant une indifférence cruelle aux résultats pharmaceutiques, d’individus arrivant en avant pour décrire des décennies de harcèlement et d’abus de la part de gestionnaires auparavant exaltés, immerSEO ainsi qu’une contagion de méfiance envers les titans de la technologie dont les produits forment notre rencontre quotidienne. Cette simple exhortation est limpide – Écoutez ! Devenez coach, pas vraiment patron ! Vaut des perspectives diverses! – est insuffisant. Il est également clair qu’au sein d’un groupe d’âge où les tâches routinières sont de plus en plus sous-traitées aux machines, et où l’avancement et le travail d’équipe sont devenus les astuces pour la survie de l’organisation, le travail principal de chaque leader est de créer un environnement dans lequel les gens expérimentent le sentiment de objectif, qui appartient, et un engagement qui permet à leurs meilleures suggestions de faire surface. Chacun des meilleurs livres d’entreprise de cette année sur le talent et le leadership se distingue par des diagnostics et des descriptions étonnamment particuliers des origines de notre situation de leadership. Parmi les meilleurs d’entre eux, Tomas Chamorro-Premuzic, professeur de psychologie des affaires au College College Central de Londres et au Columbia College, soutient de manière convaincante que « l’épidémie de terrible leadership » d’aujourd’hui est causée par un excès de gars incompétents dont les défauts leur permettent perversement de monter au sommet. Amy C. Edmondson, professeure Novartis de gestion et d’administration à la Harvard Company School, examine comment les dirigeants produisent des cultures intrépides (ou craintives) et montre l’impact de l’inquiétude sur chaque aspect de la performance. Et Beth Comstock, ancienne responsable principale du marketing et de la publicité et vice-siège de General Electrical, décrit de manière vivante les obstacles rencontrés par les employés de pointe très inspirés et impliqués parce qu’ils tentent d’apporter leurs meilleures réflexions et idées, se comportant sans crainte malgré les conséquences. Un leadership inepte est devenu une pandémie malgré la reconnaissance répandue que les entreprises ne peuvent survivre que si elles retiennent, participent et motivent les talents. Selon l’information Chamorro-Premuzic, le mauvais leadership est la principale cause de rotation et de désengagement des travailleurs dans le monde entier ; au sein du You.S. à vous seul, cela se traduit par une perte de productivité annuelle de 500 milliards de dollars US. Chamorro-Premuzic écrit qu’un nombre extrêmement disproportionné de rôles de leadership sont occupés par des gars, et demande si cela peut être un problème de causalité ou de corrélation. Il plaide pour le premier, dont ses recherches suggèrent qu’il est principalement le résultat du problème que les gens ont à trouver l’incompétence chez les hommes. Cette idée, ainsi que l’exhaustivité de la recherche qui la sous-tend, en font une lecture incontournable pour notre époque. Des études vérifient que les femmes et les hommes ont tendance à assimiler confiance et compétence, car ils pensent que ceux qui ne se soucient généralement pas de leurs propres capacités et qui se considèrent comme destinés à la grandeur doivent avoir de bonnes raisons de le faire. En fait, les individus incompétents sont généralement beaucoup moins précis dans l’évaluation de leurs propres talents pour la simple raison pourquoi ils n’ont pas l’expertise nécessaire pour savoir ce qu’ils ne savent pas. Par distinction, les individus extrêmement qualifiés sont enclins à douter d’eux-mêmes car leurs connaissances augmentent leur conscience de leurs limites. De plus, des études montrent que les hommes semblent plus confiants que les femmes, mais le nombre d’hommes trop confiants est infiniment plus élevé. Et l’excès de confiance et l’affirmation de soi qu’il engendre peuvent être extrêmement utiles lors de la recherche ou de la recherche d’un logement pour personnes âgées. Tout au long des entretiens d’embauche, une idée personnelle inconditionnelle se transforme en rassurante, charismatique, magistrale et puissante – tout simplement, comme un leader. En revanche, la compétence, dont Chamorro-Premuzic montre qu’elle est en fait le facteur principal pour déterminer l’efficacité d’un leader, a tendance à être balayée par la passion pour la perspective éblouissante de garantie personnelle. De toute évidence, l’excès de confiance doit vraiment être considéré comme un avertissement indiquant que quelqu’un se révélera être un innovateur inadéquat – immunisé contre les commentaires, résistant aux modifications et improbable de consulter d’autres personnes lors de la prise de décisions importantes.

Internet: générer une demande ou générer un lead

Au cours des dernières années, il y a eu une certaine confusion entre les termes de génération de la demande et de génération de prospects. En fait, les spécialistes du marketing numérique ont commencé à utiliser ces termes de manière interchangeable, arguant même qu’il n’est pas nécessaire de faire une distinction entre les deux. Mais ces termes sont-ils vraiment si interchangeables ? Le nom que vous donnez à vos stratégies de marketing ciblé a-t-il de l’importance ?

Lisez ce qui suit pour découvrir la vérité sur la bataille entre la génération de demandes et la génération de pistes.

Qu’est-ce que la génération de demandes ?
Le marketing de génération de la demande est le processus qui consiste à sensibiliser et à créer une demande pour vos produits ou services. Il élargit votre audience, génère du buzz et génère du trafic pour transformer l’intérêt en action.

Si vous preniez le terme au pied de la lettre, vous pourriez penser que la génération de la demande (ou demand gen) consiste uniquement à susciter un intérêt vague et non mesurable – la demande – pour votre produit ou service.

En fait, la génération de la demande est une abréviation pour les stratégies fondées sur les données que les spécialistes du marketing utilisent pour sensibiliser et susciter l’intérêt.

Pour utiliser une analogie avec la pêche, la génération de la demande revient à lancer un appât dans l’eau pour attirer le plus de poissons possible sur votre bateau.

Qu’est-ce que la génération de pistes ?
La génération de pistes est le processus qui consiste à transformer les suspects (ou prospects) qui manifestent de l’intérêt pour votre produit ou service en clients authentiques.

La génération de pistes est le fruit de vos efforts de marketing de génération de demande. En d’autres termes, vous avez attiré leur attention grâce à la génération de la demande, maintenant vous allez obtenir leur argent grâce à la génération de prospects.

Si nous continuons avec l’analogie de la pêche, la génération de leads est comme appâter votre hameçon avec le meilleur leurre pour attraper des saumons Chinook à Puget Sound.

Il existe une infinité de méthodes qu’un spécialiste du marketing peut employer pour convertir ces prospects intéressés en clients – surtout lorsqu’il s’agit de génération de prospects B2B. Le choix des types de contenu qui conviennent le mieux à votre message dépend de l’objectif global de votre campagne.

Nous vous invitons à lire notre article sur la génération de leads par référencement.

Comparaison entre la génération de demandes et la génération de leads
La génération de demandes accroît votre audience en attirant de nouveaux visiteurs sur votre site Web et en leur présentant vos solutions. En revanche, la génération de leads convertit votre audience en prospects qualifiés.

La génération de la demande alimente la génération de leads. Tout d’abord, il est important de sensibiliser et de susciter l’intérêt, car tout le monde n’est pas prêt à s’inscrire ou à se convertir immédiatement.

Alors, faut-il distinguer les efforts de génération de la demande et de génération de pistes dans votre stratégie de marketing entrant ? La réponse est un « Oui » retentissant ! Avec des différences aussi distinctes dans l’approche et les tactiques, il est essentiel de séparer la génération de prospects de la génération de demandes dans votre méthodologie de marketing.

Il existe différents types de contenu de génération de demande que votre équipe marketing peut utiliser. Mais ils ont tous le même objectif : familiariser les bonnes personnes, qui ont les bons problèmes, avec votre marque et sa solution.

Il faut une quantité mesurée de chacune de ces tactiques pour alimenter vos efforts de marketing.

Connaissance de la marque
Avant toute chose, vous devez faire connaître votre marque à vos clients potentiels. Tout au long du processus de génération de la demande, votre objectif est d’attirer le client potentiel en haut de l’entonnoir. Une fois qu’il se trouve plus loin dans l’entonnoir, vous pouvez le bombarder de contenu de génération de leads.

La notoriété de la marque consiste à créer des associations positives entre les expériences des acheteurs potentiels et votre produit ou service.

Disons que vous vendez de la crème solaire. Votre clientèle souhaitée est assez large. La plupart des gens sur la planète auraient intérêt à porter de la crème solaire. Donc, pour générer la notoriété de la marque, vous voulez que les clients associent le besoin de crème solaire à votre marque spécifique. Vous voulez que le nom de votre marque sature le marché des crèmes solaires au point que les clients n’utilisent même plus le mot « crème solaire », ils utilisent le nom de votre marque pour décrire le produit avec lequel ils protègent leur peau.

Faites correspondre les buyer personas au parcours du client
La notoriété de la marque, c’est bien. Mais pour augmenter les conversions, vous devez vous adresser au bon public cible. La première étape consiste à créer des buyer personas. Les personas vous aident à segmenter différents types de clients et à comprendre leurs points de douleur uniques.

Ensuite, développez des cartes du parcours client pour voir comment chaque groupe de personas vit le parcours de l’acheteur.

La campagne publicitaire « Afraid of Becoming Your Parents ? » de Progressive Auto Insurance est un excellent exemple de marketing brillant et ciblé.

En réponse à l’afflux de la génération X et des milléniaux qui achètent leur première maison, Progressive a inventé le Dr. Rick, un psychologue qui aide les milléniaux rebelles et vieillissants à éviter l’horreur de devenir leurs parents.

C’est un exemple parfait et hilarant de personas bien définis en action.

La campagne a permis à Progressive d’occuper le devant de la scène sur le marché très concurrentiel de l’assurance habitation. A la fin de chaque publicité, le narrateur dit : « Progressive ne peut pas vous aider à éviter de devenir vos parents, mon site e-commerce mais nous pouvons vous faire économiser de l’argent sur l’assurance habitation ».

Start-up: définir une stratégie de croissance

Vous n’avez pas besoin d’être une marque mondiale d’un milliard de dollars pour arracher des parts de marché à vos concurrents. Ce dont vous avez besoin, c’est d’une stratégie de croissance commerciale imparable.

Bien sûr, la croissance s’accompagne de risques. Ainsi, les entreprises qui réussissent vraiment s’appuient rarement sur un seul plan d’action. Au lieu de cela, elles combinent plusieurs stratégies de croissance pour gagner, y compris le développement du marché, la perturbation, l’expansion des produits, l’expansion des canaux, les partenariats stratégiques, les acquisitions et la croissance organique.

Lisez ce qui suit pour découvrir sept des stratégies de croissance commerciale les plus efficaces que les marques utilisent pour renverser la concurrence.

Qu’est-ce qui rend une stratégie de croissance commerciale efficace ?
Une stratégie de croissance commerciale efficace
Avant d’examiner des stratégies de croissance spécifiques, parlons de certains principes de haut niveau concernant ce qui rend toute stratégie de croissance efficace.

Tout d’abord, mon site e-commerce vous devez avoir une vision claire de l’identité et de l’ADN de votre marque. Vous devez également connaître vos forces, votre positionnement et votre différenciation.

La croissance découle d’une concentration sans relâche sur vos compétences de base. Walmart en est un excellent exemple. En proposant les prix les plus bas à ses clients, il a créé une croissance stratosphérique.

Deuxièmement, une connaissance approfondie de l’audience est cruciale pour toute stratégie de croissance commerciale réussie. Vous devez connaître les points sensibles et les désirs de vos clients, et satisfaire leurs besoins mieux que vos concurrents. Ainsi, vous fidéliserez vos clients et augmenterez les recommandations de bouche à oreille (WOM).

Et, surtout, la croissance exige de l’agilité. Vous aurez certainement besoin de pivoter par petites touches, par exemple en modifiant les tactiques de marketing pour les adapter aux tendances actuelles ou au comportement des clients. Mais vous devrez peut-être aussi procéder à des changements à grande échelle pour atteindre vos objectifs de croissance.

Par exemple, Shopify a commencé par vendre des équipements de snowboard, mais a finalement réalisé qu’elle était meilleure dans la création de logiciels de commerce électronique. Une volonté de changement, à petite et grande échelle, peut accélérer considérablement la croissance de l’entreprise.

Obtenir une plus grande croissance
Terakeet amplifie tous les niveaux de votre organisation grâce à un référencement d’entreprise supérieur.
EN SAVOIR PLUS
Types de stratégies de croissance des entreprises
Traditionnellement, il existe quatre grandes stratégies de croissance des entreprises. Cependant, j’ai élargi le cadre existant pour en inclure quelques autres. Voici donc sept types spécifiques de stratégies de croissance commerciale que vous pouvez utiliser pour alimenter la croissance de votre marque.

1. Développement du marché (pénétration du marché)
La stratégie de pénétration du marché (ou développement du marché) est une stratégie de croissance commerciale dans laquelle vous tentez de vendre vos produits existants sur des marchés inexploités. Il s’agit d’identifier de nouveaux marchés qui conviendraient à votre gamme de produits actuelle.

Le développement du marché est une stratégie de croissance courante car elle vous permet d’aller au-delà de vos clients actuels. Par conséquent, vous augmenterez votre part de marché. Ce type de segmentation peut impliquer de cibler un nouveau secteur d’activité, un nouveau groupe démographique, un nouveau département de l’entreprise (par exemple, passer des RH aux finances) ou un nouvel emplacement géographique.

Bain & Company a étudié les mesures de croissance prises par 1 850 entreprises pour déterminer comment les entreprises performantes parviennent à une croissance durable et rentable. L’étude a révélé que les entreprises réalisent la croissance la plus rentable lorsqu’elles s’implantent sur un marché cible adjacent.

Facebook est un exemple évident de l’utilisation du développement du marché comme stratégie de croissance de l’entreprise. Au départ, il s’agissait d’un produit accessible uniquement aux étudiants de l’université de Harvard. À partir de là, ils se sont étendus pour inclure Stanford, Columbia et Yale. Ensuite, ils ont ouvert la plateforme à tous les établissements de l’Ivy League et à un certain nombre d’écoles de la région de Boston. Puis, l’accès a été étendu aux collèges des États-Unis et du Canada. Depuis, Facebook s’est étendu à de nombreux publics différents, au-delà de la cible initiale des collèges.

2. Perturbation du marché
vague avec soleil couchant à l’horizon
La perturbation du marché consiste à entrer dans un secteur bien établi, généralement dominé par quelques marques historiques, et à faire les choses complètement différemment des autres. Il existe plusieurs façons de perturber potentiellement un marché, notamment :

En utilisant un modèle commercial complètement différent, comme l’ont fait de nombreuses marques DTC. Pensez à la façon dont Dollar Shave Club a perturbé le marché des rasoirs pour hommes avec un modèle de vente directe au consommateur. En signe de capitulation, Unilever l’a racheté environ cinq ans plus tard pour un milliard de dollars.
Utiliser les innovations, comme lorsque Salesforce a proposé un CRM entièrement basé sur le cloud.
Proposer des produits nettement moins chers ou de meilleure qualité
Proposer quelque chose de totalement nouveau, comme Slack qui remplace le courrier électronique traditionnel.
3. Expansion ou diversification des produits
Le développement de nouveaux produits ou l’ajout de nouvelles fonctionnalités aux produits existants peut constituer une stratégie de croissance commerciale très efficace. Le développement de produits vous permet d’attirer de nouveaux publics qui, auparavant, n’étaient peut-être pas intéressés par votre marque.

Semrush est l’exemple d’une entreprise qui a démarré avec une plateforme rudimentaire de référencement et de recherche payante. Au fil des ans, l’entreprise n’a cessé d’ajouter de nombreuses fonctionnalités, ce qui en fait aujourd’hui une suite logicielle très complète.

Les cybercrimes

La libération délibérée d’infections informatiques nuisibles est un autre type de cybercriminalité. En fait, il s’agissait de l’activité criminelle préférée de la première personne à être condamnée aux États-Unis dans le cadre de l’action contre la fraude et l’abus informatique de 1986. Le 2 novembre 1988, un étudiant en sciences informatiques de l’université Cornell connu sous le nom de Robert Morris a lancé un « ver » logiciel sur Internet depuis le MIT (étant un visiteur sur le campus, il espérait rester anonyme). Le ver était un système informatique personnel expérimental d’auto-propagation et de duplication qui profitait des défauts de certaines pratiques de courrier électronique. En raison d’une erreur dans sa programmation, au lieu de simplement envoyer des copies de lui-même à d’autres ordinateurs, ce logiciel a continué à se répliquer sur chaque programme contaminé, remplissant tous les souvenirs d’ordinateurs personnels facilement disponibles. Avant qu’une réparation ne soit trouvée, le ver avait arrêté quelque 6 000 ordinateurs (un dixième sur Internet). Même si le ver de Morris a coûté du temps et des millions de dollars à réparer, le grand événement a eu peu de conséquences industrielles, car votre Internet n’était pas devenu un incontournable des questions financières. Le fait que le père de Morris était au sommet de la sécurité des ordinateurs personnels pour l’Agence de protection nationale des États-Unis a conduit à faire en sorte que l’événement soit davantage un drame œdipien de haute technologie qu’une préfiguration des choses à venir. Depuis lors, des infections toujours plus nocives ont déjà été préparées par des anarchistes et des marginaux provenant de lieux aussi variés que les États-Unis, la Bulgarie, le Pakistan et les Philippines. Évaluez le ver Morris en utilisant les événements de chaque semaine du mois de février . Le 7 juillet 2000, lorsque « mafiaboy », un pirate informatique canadien de 15 ans, a orchestré un certain nombre d’attaques par déni de service (DoS) contre plusieurs sites de commerce électronique, dont Amazon.com et eBay.com. Ces attaques ont utilisé des ordinateurs à plusieurs endroits pour maîtriser les ordinateurs des fournisseurs et fermer leurs sites World Wide Web (WWW) aux véritables visiteurs commerciaux. Les agressions ont paralysé le commerce sur le Web, le FBI estimant que les sites touchés ont connu des problèmes de 1,7 milliard de dollars. En 1988, Internet n’intervenait que dans les modes de vie des chercheurs et universitaires ; en 2000, il est devenu important pour le fonctionnement du gouvernement et de l’économie des États-Unis. La cybercriminalité est passée du statut de problème d’actes répréhensibles individuels à celui de protection nationale. Les attaques DoS distribuées sont un type unique de piratage. Un criminel sale un ensemble d’ordinateurs avec des programmes informatiques qui peuvent être activés par un autre utilisateur d’ordinateur personnel. Ces programmes sont connus sous le nom de chevaux de Troie car ils pénètrent dans les ordinateurs des utilisateurs inconscients comme quelque chose de bénin, comme une image ou un enregistrement connecté à un e-mail. Dans un délai prédéterminé, ce système de cheval de Troie commence à envoyer des informations à un site Web prédéterminé. Si suffisamment de systèmes informatiques ont été compromis, il y a de fortes chances que le site choisi puisse être connecté avec tant de succès que peu ou pas de trafic réel puisse y parvenir. Un aperçu important fourni par ces événements a été qu’un grand nombre de logiciels sont vulnérables, ce qui permet même à un pirate informatique non qualifié d’abandonner un grand nombre de machines. Même si les éditeurs de logiciels fournissent régulièrement des zones pour réparer les vulnérabilités des logiciels, tous les utilisateurs ne mettent pas en œuvre les mises à jour et leurs ordinateurs restent vulnérables aux criminels cherchant à lancer des attaques DoS. En 2003, le fournisseur d’accès Internet PSINet European countries a relié un hôte non protégé à Internet. Dans les 24 heures, l’hôte avait été agressé 467 fois, et après 3 semaines, plus de 600 agressions avaient été enregistrées. Seuls des régimes de protection vigoureux peuvent protéger ce type d’environnement. Indépendamment des promesses sur la nature pacifique du Web, il est préférable de le considérer comme une illustration contemporaine du Wilderness Western de la tradition américaine – avec le shérif au loin.

Les dépenses de publicité des réseaux sociaux

Le marketing sur les réseaux sociaux a généré une belle opportunité pour les gens d’affaires: il n’a en aucun cas été plus facile d’acquérir son sens face à de nombreuses personnes, voire des centaines de personnes. Mais si vous voulez atteindre tous ces gens, ça va coûter cher. C’est une situation facile de source et de demande, et les systèmes de réseaux sociaux limitent la disponibilité. L’accès naturel et organique – c’est certainement votre capacité à communiquer instantanément avec le public qui décide de suivre et d’interagir avec votre organisation – a diminué à presque rien. Sur Facebook ou myspace, par exemple, la portée naturelle touche moins de 5% de vos téléspectateurs respectifs en général. Facebook ne montre tout simplement pas vos publications à la plupart de vos fans… si vous ne payez pas pour le privilège. C’est l’une des raisons pour lesquelles la publicité dans le marketing des médias sociaux est devenue de plus en plus chère, alors que les marques se surenchérissent les unes sur les autres dans une compétition axée sur les utilisateurs. Instantanément, les sites Web sociaux ne sont pas une bonne affaire. Si votre budget est serré, cela peut brutalement limiter vos progrès et vos opportunités d’investissement. Cela ne veut pas dire que vous devriez complètement cesser d’utiliser des sites Web informatisés. La société payante peut être un foyer d’informations publicitaires. Avec seulement une somme modeste, il est simple de tester les titres, les images et les offres sur différents publics. C’est une analyse utile. Néanmoins, lorsque votre technique d’acquisition complète dépend de médias payants, vous pouvez débourser votre chemin dès la sortie de l’entreprise. Il y a cependant un autre moyen! Vous devez simplement vous diversifier. Au sein de la communauté informatisée, il existe de nombreuses stratégies pour attirer les clients: recherche sociale rémunérée, recherche payante, investissement dans la messagerie électronique, recherche naturelle et organique sociale, naturelle et organique (obtenir du trafic via le contenu), relations publiques, publicité et marketing d’influence, et acquis médias. Commencez par découvrir quelques canaux sur lesquels vous aimeriez mettre l’accent sur la majorité de vos tentatives. (Essentiellement, un minimum de quelques-uns de ces itinéraires n’auront jamais à engager de dollars publicitaires.) En faisant cela, vous pouvez tester ce qui fonctionne tout en créant une stratégie omnicanale qui peut rembourser sur toute la ligne. Dans mon agence de publicité et de marketing, nous commençons par les détails et les observations des clients, puis nous les utilisons pour aider les techniques qui permettent à la clientèle de gagner au référencement grâce à du contenu naturel et organique. (Les réseaux sociaux sont peut-être le meilleur jouet en peluche pour les doigts non productifs, mais les moteurs de recherche continuent d’être le compagnon d’une entreprise.) Ensuite, nous attachons cela à votre approche, ce qui facilite l’obtention d’adresses e-mail. Ensuite, nous accordons une attention aux sociaux compensés pour favoriser la promotion immédiate. Par exemple, nous avons certainement un seul acheteur CPG à qui nous avons produit 40 articles authentiques, conçus pour générer du trafic vers son site. À première vue, cela peut ne pas sembler être un moyen d’augmenter les revenus. Mais en 2 ans, tous ces 40 messages ont permis à l’entreprise de classer plus de 12 000 mots-clés et expressions (contre 2 000), atteignant les 3 meilleurs résultats Yahoo et Google pour près de 400 sujets et requêtes divers.

Le marketing et l’automatisation

« Sur le marché néo-zélandais, l’automatisation du marketing est encore une discipline relativement nouvelle pour certaines organisations », explique Nathalie Morris, directrice générale de la société d’automatisation du marketing néo-zélandaise Ubiquity.

«Mais au cours des deux dernières années, nous avons constaté un intérêt et une compréhension beaucoup plus importants des possibilités de l’automatisation du marketing. Je pense que 2017 sera l’année où nous verrons vraiment sa croissance parmi les entreprises ici désireuses d’agir et de commencer à prendre l’automatisation du marketing plus au sérieux », a-t-elle déclaré.

En tant qu’outil à la fois pour les entreprises de taille moyenne et les grandes entreprises, l’automatisation du marketing, dans ses termes les plus simples, fait référence aux logiciels et aux technologies qui automatisent certaines actions marketing. Et comme il rend le marketing pour les entreprises à la fois plus efficace en termes de portée et de valeur, les avantages du marketing automatisé sont exponentiels.

« Ce que nous constatons avec l’automatisation, c’est le passage d’une approche de type campagne à une approche de type « toujours » qui est plus efficace car il envoie des messages aux gens au bon moment pour eux », explique Morris.

« Cela permet également aux spécialistes du marketing d’être plus efficaces car plutôt que d’être sur ce mode constant d’exécution de campagnes, ils peuvent mettre en place un programme automatisé qui s’exécute pour eux et leur permet de passer au programme suivant. »

Mais ce n’est pas aussi simple que d’avoir une solution unique pour chaque entreprise, explique Morris. Alors que certaines entreprises disposent de bases de données riches en informations sur leurs clients, d’autres ne parviennent pas à tirer le meilleur parti des potentialités du marketing basé sur les données, finissant souvent par envoyer le même message à tout le monde.

« Je pense que ce que nous constatons, c’est une compréhension croissante au sein du marché que lorsque vous n’utilisez pas les données pour parler aux gens de manière plus personnalisée et pertinente, vous passez à côté », déclare Morris.

« Les consommateurs commencent à s’attendre à ce que les communications qu’ils reçoivent soient adaptées et personnalisées autour d’eux, les spécialistes du marketing doivent donc utiliser ces données pour personnaliser et cibler leurs messages.

Souvent, les entreprises qui se lancent dans l’automatisation du marketing ne disposent pas d’un ensemble de données complet, c’est pourquoi Morris préconise une approche plus progressive qui leur permet de le développer au fil du temps.

« Ils n’ont peut-être pas nécessairement toutes les données dont ils ont besoin, mais ils peuvent prévoir de générer plus d’informations », dit-elle.

« Par exemple, la plate-forme d’automatisation du marketing Ubiquity Engage peut suivre le contenu d’un e-mail avec lequel une personne s’engage et l’utiliser pour mieux comprendre ses intérêts, ou mettre des codes de suivi dans les sites Web qui relient le comportement des personnes au sein de ces sites Web à cette base de données marketing centrale . « 

« Cela nous permet de commencer à construire une image très riche du client grâce aux informations de base que nous avons à son sujet et à examiner son comportement à travers une gamme de points de contact différents. »

Pour tous ceux qui travaillent dans l’environnement marketing actuel, l’un des plus grands défis consiste à gérer le flux constant de changement chez les consommateurs comportement et technologie. En raison de l’état continu des flux auxquels les spécialistes du marketing doivent faire face, Google Morris souligne le besoin d’un partenaire d’automatisation du marketing qui vous soutiendra dans les moments difficiles. Et avec l’un des principaux points de différence d’Ubiquity étant sa gamme complète de services de stratégie, d’exécution et d’optimisation, leur équipe d’experts locaux comprend comment utiliser les données et obtenir les résultats.

« Les spécialistes du marketing doivent être sûrs que les partenaires avec lesquels ils travaillent les aident réellement à naviguer dans ce changement et ce que cela signifie », explique Morris. « Le marketing devient de plus en plus complexe et les spécialistes du marketing doivent rapidement comprendre un éventail beaucoup plus large de canaux et de technologies. Parce qu’il y a beaucoup de gens qui ne l’ont jamais fait auparavant, il est important que des prestataires comme Ubiquity aident les clients à comprendre cette image plus large.

Alors que les clients recherchent une approche plus personnelle de leurs interactions quotidiennes avec les marques, les entreprises ont adopté une approche plus centrée sur le client dans leur façon de travailler. Et avec l’automatisation du marketing, l’époque des communications génériques est révolue depuis longtemps, car les entreprises cherchent à garder les choses personnelles.

Pour le franchiseur de la clinique Caci, FAB Group, l’approfondissement de la relation client est l’un de ses principaux objectifs, et comme l’explique Emily Stevenson, responsable marketing et communication, l’automatisation du marketing a offert au groupe FAB l’opportunité d’utiliser leurs données de manière significative et pertinente.

« Lorsque nous avons commencé à utiliser l’automatisation du marketing, c’était pour des tâches simples telles que des e-mails d’anniversaire automatisés et des messages » vous nous avez manqué « pour réengager les clients inactifs », dit-elle.

« Mais maintenant, nous utilisons la plate-forme pour effectuer toutes sortes d’activités, telles que l’envoi de rappels de rendez-vous, l’offre de matériel pertinent basé sur le comportement d’achat et la notification aux clients des paniers abandonnés. »

Stevenson croit les e-mails personnalisés ont eu un effet tangible sur les communications marketing de FAB Group, et Engage, la plate-forme d’automatisation du marketing basée sur le cloud d’Ubiquity, leur permet de développer des communications spécifiques en fonction de leurs objectifs.

« Les taux d’ouverture de nos e-mails automatisés sont jusqu’à 40 % plus élevés que les autres e-mails, ce qui montre que ces éléments de communication sont plus pertinents et plus précieux pour nos clients », dit-elle.

« Parce que nous pouvons segmenter en fonction des données démographiques, des préférences des clients, du comportement d’achat et même de leur engagement avec les éléments de communication précédents, nous pouvons fournir un élément de communication avec un contenu dynamique personnalisé qui change en fonction de la personne que nous ciblons. »

Se transformer au numérique

La transformation numérique est généralement déroutante, galvaudée ou redoutée, mais en réalité, c’est un nom vraiment approprié pour un sujet compris sans effort. Son application, lorsqu’elle est préparée objectivement, transforme les affaires et change les modes de vie des gens. Néanmoins, dans son exécution, les véritables réalisations sont rares et tout cela parce qu’un élément clé est négligé. Le changement électronique semble produire beaucoup d’appréhension et semer la peur dans le cœur et l’esprit de beaucoup. Il a été appelé cheval de Troie; une expression véhiculée par l’administration, alors que ce qui est réellement préféré est un changement d’entreprise beaucoup plus large, tel que le talent, la structure organisationnelle, le modèle de travail, les services et les produits, etc. Cela peut être réel si vous êtes, par exemple, une entreprise informatique héritée qui cherche à transformer l’ensemble de votre entreprise de fournisseur de services d’investissement basé sur des ressources et sur des idées en une organisation beaucoup plus dynamique qui offre principalement des options cloud. Ce n’est pas ce à quoi je fais référence ici. Qu’est-ce que la « transformation numérique » alors ? Le changement électronique est la mise en œuvre de toutes nouvelles technologies numériques conçues pour améliorer et améliorer initialement les fonctions, les processus et les opérations de l’entreprise. Libérer les employés des entraves des processus administratifs, ce qui se traduit par un environnement extrêmement collaboratif, défini par la confiance, où les détails circulent librement et en toute sécurité entre les personnes qui en dépendent. Dans la planète d’aujourd’hui, et en conséquence directe de la prolifération des systèmes cloud, la transformation numérique se produit à un rythme nettement plus rapide, et également à un coût moindre qu’auparavant. Étant passionné par la façon dont la technologie peut former favorablement et finalement changer nos modes de vie professionnels depuis de nombreuses années maintenant, nous avons eu la chance d’occuper des postes dans lesquels j’avais été libre de prendre des décisions rapides et de tester de nombreuses nouvelles idées à la fois à l’intérieur et dans notre profil d’options fournies à notre clientèle – en découvrant de première main ce qui a bien fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. J’ai finalement laissé derrière moi mon premier véritable récit de réussite une fois que je me suis laissé distraire par ce qui pouvait vraiment être réalisé avec un tissu vierge et désillusionné par la cupidité des autres actionnaires et honnêtement, la malhonnêteté. Pour moi personnellement, l’innovation devait se faire à nos dépens, pas trop à nos clients. Entrez dans ISAAC, une entreprise née dans le cloud, un tissu vide qui donne vie à nos suggestions sur la façon dont l’avenir des opérations de l’entreprise et de l’administration de l’information peut apparaître. Nous sentons que nos solutions, soutenues par notre vision et notre rencontre, encouragent positivement la transformation électronique, mais à une vitesse qui convient à nos clients ; car chacun d’eux est différent. 90 à neuf pour cent des fois, nous ne commençons même pas à faire référence à ce que nous devrions faire comme quelque chose de proche du changement numérique. L’idée est tout simplement trop difficile à avaler pour quelques-uns; mais le résultat est ce qu’ils visualisent, voire rêvent – une atmosphère presque utopique où les travailleurs sont satisfaits, les procédures fonctionnent bien, il n’y a pas de temps d’arrêt, ou plutôt de temps perdu, et les affaires rebondissent favorablement d’un jour à l’autre (ou est-ce simplement mon fantasme utopique ?), mais le voyage semble souvent cahoteux, peu clair et dans la plupart des cas, inexistant. Alors par où commencer ? Tout d’abord, vous devez connaître votre public – et je veux dire cela de votre point de vue d’administration, pas de fournisseur à client, même si c’est un particulier. Vous devez également expliquer pourquoi vous êtes anxieux. Pour quiconque n’est pas familiarisé avec la pensée, il s’agit d’expliquer comment, au fil du temps, un concept ou un produit profite à l’élan et se diffuse (ou se propage) au moyen d’une population spécifique ou d’un programme interpersonnel. Le résultat de cette diffusion est le fait que les individus, dans le cadre d’un système interpersonnel, embrassent un nouveau concept, conduite ou élément. Dans le cadre de la ligne, cette prochaine étape est clé : « L’adoption signifie qu’un individu fait quelque chose d’une manière différente par rapport à ce qu’il avait auparavant (c’est-à-dire acheter ou utiliser un nouveau produit, acquérir et adopter un nouveau comportement , etc.). Le véritable secret de l’adoption serait que la personne perçoive l’idée, la conduite ou l’objet comme nouveau ou innovant. C’est vraiment par cela que la diffusion est possible. Aussi vrai que cela se situe dans le marché plus large, en plus c’est vraiment vrai dans votre organisation. Profitez-en ou non, votre groupe est composé d’un mélange d’innovateurs, d’adeptes précoces et de retardataires. C’est vraiment normal, et c’est ce qui rend les êtres humains merveilleux pour commencer.

Les influenceurs sont-ils efficaces

Je pense que nous pouvons tous convenir qu’il est éthiquement suspect de mentir sur la taille, l’emplacement ou même l’existence de votre maison. Ou voler les photos d’autres personnes. Ou sollicitez des cadeaux sans rien offrir en retour. Et pourtant, je dois admettre que j’ai fait toutes ces choses. J’ai fait des choses qui feraient rougir même l’adolescent le plus accro aux médias sociaux. J’ai acheté des followers et demandé des likes. J’ai des communautés hashtagées auxquelles je n’appartiens pas. (Quoi de neuf, #cleaneating!?) J’ai copié des instantanés des comptes Instagram d’autres personnes, puis j’ai soigneusement découpé la balise d’attribution avant de les publier sur mon propre flux. J’ai partagé des photos de mes vacances en Italie.

Je n’ai jamais été en Italie.

Je m’appelle @bougie_means_candle. Et je suis un influenceur Instagram.

#sorte de.

#pas vraiment.

Si votre entreprise vend quoi que ce soit au public, vous avez entendu parler des influenceurs Instagram – le sujet le plus brûlant de la publicité depuis, enfin, les publicités. Alors que les médias sociaux ont commencé supplantant la télévision, les journaux et les magazines en tant que principale source de divertissement, les entreprises ont été forcées de rechercher de nouvelles façons de faire connaître leurs produits aux yeux de la population jeune tant convoitée. Les entreprises peuvent, bien sûr, simplement acheter des publicités qu’Instagram glisse dans les flux des flux photo de ses utilisateurs. Mais les jeunes consommateurs sont extrêmement aptes à les ignorer. La solution idéale serait d’infiltrer ces flux non pas avec des publicités, mais avec les voix familières et de confiance d’amis – qui sont également, en l’occurrence, en train de transmettre le message exact que vous, l’entrepreneur, voulez faire passer.

Alors, naturellement, il est devenu une chose comme un influenceur Instagram. Une personne, généralement jeune et attirante, qui crée une vie fantastique sur les réseaux sociaux, dans laquelle elle se fera un plaisir de glisser une référence élogieuse à votre produit en échange de trucs gratuits ou d’une somme modique. Cela vous permet, en tant que propriétaire d’entreprise, de créer une annonce sans engager de mannequins ou de photographes. Il permet également à vos clients potentiels de voir votre produit non pas sous la lumière crue d’un studio mais in situ, dans la vie glamour d’une personne réelle.

Tout le monde y gagne!

Sauf: contrairement aux agences de publicité ou aux anciens médias, les influenceurs n’ont souvent pas de bonne foi au-delà d’une personnalité en ligne attrayante et d’un grand nombre d’adeptes. Il existe peu de normes établies pour interagir avec les influenceurs et un petit échafaudage mis en place pour empêcher, par exemple, quelqu’un de vous envoyer une facture pour des services rendus après que vous lui ayez déjà envoyé des bougies gratuites.

«Je dirais que nous recevons environ cinq ou six demandes par semaine», explique Natalie Markoff, fondatrice du Markoff Group, une agence de relations publiques qui représente une douzaine de petits détaillants de luxe. La plupart des demandes de publicité que Markoff reçoit commencent par une attitude décontractée, dit-elle. « Ils diront, vous savez, » J’ai un compte Instagram. Je suis un influenceur. J’adore votre produit; pourriez-vous m’en envoyer? »Et puis environ trois ou quatre e-mails, une fois que je leur ai déjà envoyé le produit, ils m’enverront un tarif carte. »

L’impudeur n’est pas le seul écueil. La fraude pure et simple est également assez courante: des publicités si fausses que la FTC a récemment menacé de gifler les gens avec des poursuites judiciaires; faux adeptes; faux éclairage; demandes ridicules d’argent, de produits et de trucs, trucs, trucs. «Chaque fois que vous avez ce genre d’argent qui entre aussi rapidement sur une plate-forme, c’est une ruée vers l’or», déclare Evan Asano, PDG et fondateur de Mediakix, une agence de marketing sur les réseaux sociaux. Et comme toute ruée vers l’or, elle tente à la fois les honnêtes gens et les épaves.

Cependant, cela ne veut pas dire que vous devriez considérer cet aspect en plein essor de l’économie publicitaire comme une arnaque. Instagram, malgré tous ses défauts, est extrêmement influent. En septembre 2017, le site comptait 800 millions d’utilisateurs, dont 80% suivent une entreprise et plus de 60% déclarent découvrir de nouveaux produits sur Instagram. Quant au marché des influenceurs, selon une estimation récente de Mediakix, il valait 1 milliard de dollars en 2017 et pourrait doubler au cours des prochaines années. C’est des milliards de dollars que les entreprises dépenseront probablement pour des «vedettes» des médias sociaux à un seul homme dans l’espoir que cela profitera à leurs résultats.

Mais le fait de payer des influenceurs entraîne-t-il des ventes réelles? Et si un jeune de 22 ans photogénique aux yeux de biche s’approche de vous et vous demande de représenter vos sacs à main / manteaux / pulls / hôtel / restaurant sur Instagram, finirez-vous par vous faire arnaquer? Pour obtenir des réponses à ces questions, j’ai décidé d’aller sous couverture et d’infiltrer l’économie d’Instagram. J’ai appelé des influenceurs à succès, créé un faux personnage de gourou du design, acheté un tas de faux abonnés, sollicité un produit gratuit et, eh bien, j’ai commencé à influencer. Voici ce que j’ai appris.

Michelle Williams est l’une des bonnes influenceuses. Ancienne directrice artistique, elle dirige le complexe blog-Instagram Coffee and Champagne, qui compte 116000 abonnés. Il est clair pourquoi elle a réussi dans ce domaine. Agréable et à venir, elle publie des instantanés convaincants de sandwichs moelleux et fondants, de cornets de crème glacée aussi froufrous que des robes d’avant-guerre et son propre visage bronzé, aux cheveux noirs, regardant pensivement par les fenêtres de divers cafés. Indépendante à plein temps, Williams gagne environ la moitié de son argent sur son blog et l’autre moitié sur Instagram, en grande partie en s’associant à des entreprises alimentaires pour créer et tirer de nouvelles recettes. Elle est ce que vous obtiendrez si un magicien transformait le magazine Saveur en une personne.

Quand j’ai dit à Williams que j’avais l’intention de me frayer un chemin dans l’économie d’Instagram, elle m’a dit qu’il était beaucoup plus difficile d’y pénétrer qu’au bon vieux temps de 2014. À l’époque, vous pouviez simplement prendre de jolies photos de nourriture et les ajouter. à une galerie de photos. Aujourd’hui, avec tant de gens qui essaient de quitter leur travail quotidien et de devenir influenceur, il faut avoir un bon schtick pour se démarquer.

«Je dis aux gens de trouver leur propre technique visuelle», dit-elle. Il existe des comptes qui publient uniquement des photos roses, par exemple, ou qui affichent des vêtements toujours affichés sur un arrière-plan monochrome. Un influenceur que Williams aime est devenu populaire en prenant des photos de nourriture dans une perspective à vol d’oiseau, afin que les abonnés puissent voir à la fois l’assiette et les chaussures du propriétaire du compte. Dans le langage de l’économie d’Instagram, votre schtick est votre «esthétique», et en tant que propriétaire d’entreprise, l’idée est de travailler avec des influenceurs dont l’esthétique correspond à votre idée de votre marque.

« Si vous regardez les créations qui reçoivent beaucoup de » concerts « , comme nous les appelons, certains de nos plus performants sont des photographes professionnels », déclare Aana Wherry, directrice du marketing, des communications et de l’expérience des créateurs pour Popular Pays. un site qui agit comme une sorte de service de matchmaking pour les marques et les influenceurs. « Nous avons des tags avec lesquels nous filtrons nos créateurs, qu’il s’agisse de mode ou de gastronomie pour hommes ou de différentes catégories de contenu ou d’audience. »

Bien utiliser Google My Business

Google ajoute plus d’informations à la recherche et à Maps sur les entreprises qui proposent des options de livraison et de ramassage de produits d’épicerie. Les informations sont ajoutées à la recherche automatiquement, ce qui signifie qu’aucun travail n’est nécessaire de la part des entreprises, mais il s’agit d’une mise à jour qui mérite d’être prise en compte. Cet ajout à la recherche Google et à Maps est en cours de déploiement dans le cadre d’une mise à jour plus large qui comprend un certain nombre d’autres fonctionnalités utiles. Nous examinerons les autres fonctionnalités à la fin de cet article – passons d’abord en revue les améliorations apportées aux profils Google My Business.

Nouvelles informations dans les profils Google My Business Google fournit des informations sur les achats aux profils commerciaux des magasins pour aider les gens à trouver des options de livraison et de ramassage d’épicerie pratiques.

Les informations que Google ajoute aux profils d’entreprise applicables dans la recherche et sur Maps comprennent: Fournisseurs de livraison Frais de commande Commande minimum Google commencera d’abord à diffuser ces informations sur la recherche mobile en commençant par les magasins Instacart et Albertsons Cos. Aux États-Unis. Il est prévu d’étendre cette fonctionnalité à Google Maps et à d’autres partenaires de livraison à l’avenir. Il semble que Google récupérera automatiquement ces informations dans des profils d’entreprise en fonction des détails fournis aux fournisseurs de livraison. Dans le cadre de cette mise à jour, Google teste cet été un service d’épicerie innovant qui combine l’utilisation de Google Maps avec des commandes en ligne pour le ramassage en bordure de rue:

Cet été, nous faisons également équipe avec le supermarché américain Fred Meyer, une division de The Kroger Co., dans le cadre d’un projet pilote dans certains magasins de Portland, dans l’Oregon, afin de faciliter le ramassage des produits d’épicerie. Une fois que vous avez passé une commande de retrait sur l’application du magasin, vous pouvez l’ajouter à Maps. Nous vous enverrons une notification lorsqu’il est temps de partir et vous laisserons partager votre heure d’arrivée avec le magasin. Votre ETA est continuellement mis à jour, en fonction de l’emplacement et du trafic. Cela aide le magasin à prioriser votre commande afin qu’elle soit prête dès que vous y êtes. Enregistrez-vous sur l’application Google Maps, et ils apporteront votre commande immédiatement pour un ramassage sans contact, rapide et sans contact. » Google affirme que cette mise à jour est rendue possible grâce aux progrès de l’IA. Voici un aperçu de quelques autres avancées basées sur l’intelligence artificielle à venir sur Google Maps dans un proche avenir. Plus de fonctionnalités basées sur l’IA à venir sur Google Maps Les utilisateurs de Google Maps peuvent bientôt rechercher ces fonctionnalités dans l’application mobile. Vue en direct Google Maps sera bientôt en mesure d’aider les utilisateurs à naviguer dans les espaces publics intérieurs – tels que les aéroports, les gares de transport en commun et les centres commerciaux – grâce à Live View. Live View est alimenté par une technologie appelée localisation globale, qui utilise l’IA pour numériser des dizaines de milliards d’images Street View afin de comprendre votre orientation … Si vous prenez un avion ou un train, Live View peut vous aider à trouver l’ascenseur et les escaliers mécaniques les plus proches, votre porte, votre plate-forme, la récupération des bagages, les comptoirs d’enregistrement, la billetterie, les toilettes, les guichets automatiques et plus encore. »

Météo et qualité de l’air Une nouvelle couche météo dans Google Maps affiche la température et les conditions météorologiques actuelles et prévues dans une zone. Et une nouvelle couche de qualité de l’air vous montre à quel point l’air est sain (ou malsain) dans cette zone. Ces couches commencent à être déployées sur Android et iOS dans les mois à venir. La couche météorologique sera disponible dans le monde entier et la couche de qualité de l’air sera lancée en Australie, en Inde et aux États-Unis.

Options de voyage écologiques Google Maps, avec les informations du National Renewable Energy Lab du département américain de l’énergie, élabore un nouveau modèle de routage qui optimise la consommation de carburant en fonction de facteurs tels que l’inclinaison de la route et la congestion du trafic. Google Maps utilisera par défaut l’itinéraire avec l’empreinte carbone la plus faible lorsqu’il a approximativement le même ETA que l’itinéraire le plus rapide. Des itinéraires écologiques seront lancés aux États-Unis sur Android et iOS plus tard cette année, avec une expansion mondiale en cours.